La valeur du mentorat sur la sécurité propre à un projet

Tous les travailleurs de la construction sont susceptibles de subir un accident sur un chantier, mais c’est logique que ceux qui sont nouveaux dans le secteur ou même dans un différent type de projet soient plus vulnérables. Une façon pouvant permettre aux entreprises de construction de réduire les risques que ces employés se blessent ou posent un danger pour la sécurité des autres est de les jumeler à des travailleurs plus expérimentés.

Cela fonctionne pour McCarthy Building Companies. 

Avant de se voir attribuer un « compagnon », tous les nouveaux employés de McCarthy doivent suivre l’orientation sur la sécurité standard de l’entreprise. En outre, un nouvel employé, et tout nouveau travailleur dans un projet, doivent participer au programme de formation sur la sécurité du nouvel employé (trois mois). Cette personne « est jumelée à un ouvrier qualifié qui travaille sur le projet et qui peut évaluer les problèmes et les risques de sécurité propres au site », a expliqué Steve Miller, directeur de la sécurité de la division pour le bureau de St. Louis de McCarthy Building Companies. 

« Depuis la mise en œuvre du programme en 2011, nous avons connu une réduction du nombre de blessures chez les nouveaux employés », a indiqué M. Miller.

Ça vient s’ajouter à une culture de sécurité qui connaît déjà du succès au sein de l’entreprise. McCarthy collabore avec le Strategic Partnership Program de l’Occupational Safety and Health Administration (OSPP) et présente un taux de demande d’indemnisation des travailleurs si bas que l’entreprise reçoit un crédit sur ses primes d’assurance contre les accidents de travail depuis 1993.

Durant la participation des employés au NET, ceux-ci portent un autocollant sous forme de triangle vert fluorescent à l’arrière de leur casque pour indiquer qu’ils sont de nouveaux membres de l’équipe du projet.

Durant le programme de trois mois, M. Miller a expliqué que les participants sont sensibilisés à la sécurité et apprennent comment réduire les risques dans trois catégories : la protection contre les chutes, la sensibilisation sur les zones dangereuses et les dangers électriques. Ces trois catégories sont parmi les « quatre catégories fatales » responsables de plus de 64 % des décès chez les travailleurs de la construction en 2015.

Chaque équipe mentor et mentoré passe en revue les dangers de manière continue, a précisé M. Miller. Ensuite, chaque mois, l’équipe passe en revue les listes de contrôle présentant des occasions de réduire les risques sur le chantier. À la fin de la période de trois mois, McCarthy permet au nouvel employé de travailler de manière plus indépendante.

L’Associated General Contractors of America propose que toutes les entreprises mettent en place ce type de « système de compagnonnage » pendant 30 jours ou pour la durée nécessaire démontrant que les employés ont appris les compétences requises en matière de sécurité. 

Les avantages dépassent la sécurité, a déclaré M. Miller. « Le programme aide aussi les participants à apprendre des renseignements généraux sur le projet, le chantier et comme les membres de l’équipe interagissent. Par conséquent, cela aide les employés à devenir plus productifs tout en travaillant sur le projet. »

 

Kim Slowey est une rédactrice active dans l’industrie de la construction depuis 25 ans; elle possède une certification d’entrepreneur général en Floride. Elle a reçu son diplôme en communication de masse/journalisme de la University of South Florida et possède de l’expérience en construction commerciale aussi bien que résidentielle.