Protéger les équipes de constructions des malaises liés à la chaleur

Les malaises dus à la chaleur ne sont pas à prendre à la légère. Assurez-vous de faire ce qu’il faut pour les éviter. 

Alors que le mercure grimpe, il est temps de passer en revue comment protéger vos travailleurs de la construction pour qu’ils ne succombent pas à la chaleur. Selon l’OSHA (Administration américaine de la sécurité et de la santé au travail), 2 630 travailleurs ont eu des malaises dus à la chaleur en 2014, et 18 sont morts sur le chantier.

Une politique concernant le travail par temps chaud correctement mise en œuvre peut éviter ce type de décès. Pour aider les travailleurs à rester en sécurité et à se rafraîchir autant que possible, rappelez-vous ces trois mots clés : repos, ombre, et hydratation.

En été, les travailleurs de construction sont souvent confrontés à deux types de chantiers aussi contraignants l’un que l’autre : travailler dehors en plein soleil, ou à l’intérieur sans ventilation adéquate, à des températures extrêmement élevées. Ces deux types de chantiers exigent des pauses régulières pour se reposer et s’hydrater. Les législateurs du Texas, un état où les températures maximales moyennes avoisinent 35 degrés, ont présenté un projet de loi obligeant les travailleurs de construction à faire de courtes pauses pour se reposer.

Selon l’OSHA, les travailleurs doivent se reposer à l’ombre pour se rafraîchir par temps chaud et boire de l’eau toutes les 15 minutes, qu’ils aient soif ou non, pour éviter de se déshydrater. L’OSHA exige que les employeurs fournissent les travailleurs en eau potable. Les employeurs doivent également offrir un lieu de repos ombragé pour les pauses prévues.

Outre le repos, l’ombre et l’eau, les travailleurs doivent porter des vêtements de couleur claire pour se protéger de la chaleur. La technologie peut également les aider à rester au frais. Par exemple, ZIPPKOOL, une société basée en Californie, offre un accessoire pour les casques qui utilise un ventilateur léger permettant de faire circuler l’air pour éviter qu’il ne s’accumule dans le casque.

Les équipes de construction au Qatar bénéficieront bientôt d’une brise légère grâce à un casque rafraîchissant développé par une équipe de l’Université du Qatar. Ce casque est censé pouvoir réduire la température de la peau jusqu’à 10 degrés Celsius. Un panneau solaire dans le casque fait fonctionner un petit ventilateur qui envoie de l’air sur un matériau frais dans une poche au sommet du casque. Les casques pourraient être disponibles à l’achat d’ici la fin de l’année.

Un autre dispositif prêt-à-porter contre la chaleur sera bientôt commercialisé : il s’agit d’un gilet développé par la RMIT University à Melbourne, en Australie. Ce « gilet intelligent » dispose de capteurs qui surveillent la température corporelle et le rythme cardiaque. Les données sont envoyées à une application sur le téléphone intelligent, qui peut émettre une alerte en cas de résultats anormaux.

Les travailleurs des équipes de construction doivent se surveiller et appeler un superviseur si un travailleur donne des signes de faiblesse. Les travailleurs qui sont nouveaux sur le chantier peuvent être particulièrement vulnérables, car ils n’ont pas encore développé de tolérance à la chaleur.

En offrant du repos, de l’ombre et de l’eau, et avec un petit coup de pouce technologique, les employeurs peuvent parvenir à maîtriser les malaises liés à la chaleur.

Was this article helpful?