Réduire le bruit sur le chantier

Le National Institute of Occupational Safety and Health (NIOSH) recommande que les chantiers limitent l’exposition des travailleurs à tout au plus 85 décibels pour huit heures de travail. Si cette norme les protège contre les dommages à long terme, de nombreuses entreprises tentent de garder les niveaux de bruit à des niveaux encore plus faibles pour des périodes prolongées. Les niveaux de bruit qui atteignent un pic de 140 décibels peuvent causer des dommages immédiats à l’ouïe. Après avoir qualifié les bruits de construction, les superviseurs de chantier peuvent supprimer les sources de bruit inutiles, les remplacer par de l’équipement plus silencieux et utiliser des contrôles techniques pour réduire les niveaux de bruit. En plus d’incorporer ces méthodes, les employeurs et les superviseurs devraient prescrire le port de protection auditive appropriée chez les travailleurs en tout temps.

Déterminer les sources de bruit

Une inspection d’un chantier peut dégager les sources de bruit excessif et déterminer qui sont les employés qui sont les plus exposés au bruit. Dans certains cas, l’équipement produit du bruit au-delà des niveaux acceptables, tandis que certains processus exposent les travailleurs à des niveaux de bruit inutiles. Si cette inspection est censée se faire par les superviseurs ou l’administration, elle devrait également comprendre les gestionnaires de la sécurité et les employés qui travaillent dans les endroits touchés. Les inspections devraient se solder par un inventaire d’activités ou d’équipement qui produisent des niveaux de bruit qui peuvent représenter un risque de perte auditive. Si les relevés préliminaires sur les chantiers dégagent souvent les sources de bruit, une évaluation plus exhaustive peut exiger l’utilisation d’équipement qui peut mesurer les niveaux de bruit de façon plus précise.

Remplacement par de l’équipement plus silencieux

Le NIOSH a travaillé avec des fabricants et des fournisseurs à l’élaboration d’outils électriques plus silencieux et à l’éducation d’entreprises au sujet des avantages de réduire les niveaux de bruit sur les chantiers. Le programme « Buy Quiet » (Acheter silencieux) encourage les entreprises à acheter ou louer de l’équipement ou des outils plus silencieux et fait connaître des fabricants qui conçoivent de l’équipement plus silencieux. Pour contrôler le bruit, les fabricants peuvent appliquer des tolérances précises, utiliser des engrenages ou des moteurs différents ou utiliser des méthodes de refroidissement de substitution.

Par exemple, le NIOSH a comparé des scies circulaires qui produisent des niveaux de bruit de 107 dB et de 96 dB et a prouvé que les décibels nominaux inférieurs réduisent les niveaux de bruit de 90 pour cent. Les lames des scies circulaires peuvent être assorties d’amortisseurs de vibrations et avoir de petits creux pour réduire encore plus le bruit. À une plus grande échelle, des groupes électrogènes plus silencieux peuvent avoir amélioré les systèmes d’entrée et de refroidissement ainsi que les amortisseurs dans le contenant.

Chercher des contrôles techniques

Les entreprises peuvent utiliser des contrôles techniques physiques (comme utiliser des barrières) pour interrompre les voies de transmission du bruit, ce qui garde les niveaux de bruit faibles pour les travailleurs. En utilisant les résultats d’un sondage mené sur un chantier pour se guider, les entreprises peuvent installer des cloisons autour de zones bruyantes ou utiliser des matériaux qui absorbent le son dans le milieu de travail. Des sondages indiquent également le besoin de modifier l’équipement pour assourdir les vibrations, de réparer de l’équipement pour supprimer le bruit du métal contre le métal, ou de déplacer l’équipement ailleurs. La lubrification régulière ou le resserrement d’écrans ou de barrières peuvent faire partie des tâches d’entretien habituelles visant à réduire le bruit. 

Appliquer des contrôles administratifs

Les contrôles administratifs comprennent la modification de processus ou de tendances de travail pour réduire l’exposition à des sources de bruit. Étant donné que certaines pratiques ou certains outils ne peuvent limiter le bruit intense, les superviseurs peuvent choisir de réduire le temps qu’une personne utilise l’équipement ou travaille à proximité de la zone. L’établissement des horaires peut faire la rotation entre les travailleurs pour qu’ils restent éloignés de zones très bruyantes ou déplacer des pratiques qui produisent des niveaux de bruit inacceptables hors des heures de travail, lorsque moins de travailleurs se trouvent sur le chantier. Parmi les autres contrôles administratifs figurent la formation, la mise en place de zones silencieuses et des affiches ou des étiquettes qui avertissent sur le niveau de bruit à des lieux précis.

Utiliser de l’équipement de protection individuelle

En particulier dans l’industrie de la construction, des niveaux de bruit inacceptables sont malheureusement une réalité. Cependant, le port d’équipement de protection individuelle comme des bouchons de mousse extensibles, des bouchons réutilisables moulés, des protecteurs pour le conduit auditif et des protecteurs d’oreilles est le meilleur moyen de protéger les travailleurs contre l’exposition au bruit. Tous ces PPE (équipement de protection individuel) devrait avoir un taux de réduction du bruit (NRR) qui indique le taux de protection de l’ouïe.