Comment prévenir les accidents liés au recul de véhicules

Tous les ans, des dizaines de travailleurs de la construction sont blessés ou tués lorsqu’un camion à benne ou un autre véhicule recule sur eux. En 2011 seulement, 70 personnes sont mortes de cette manière.

La prévention des accidents lors du recul comprend la mise en place d’un nombre suffisant de mesures de sécurité intrinsèque pour contrer plusieurs causes différentes, y compris l’erreur humaine.

C’est un fait bien connu que les véhicules de construction doivent comporter des systèmes d’avertissement de recul comme des lumières clignotantes et les alarmes « bip bip bip » célèbres – mais ils ne suffisent pas, principalement parce que les alarmes sonores peuvent être enterrées par d’autres bruits.

Les employeurs devraient créer un chemin de déplacement principal à sens unique dans tout le site du projet, qui encourage la circulation vers l’avant. Il est intelligent de fournir un chemin piétonnier distinct pour les travailleurs, mais il faut absolument ériger des barrières ou des barricades, ou placer des cônes ou des barils autour des zones de travail actives.  

On devrait rappeler quotidiennement aux travailleurs de rester visibles et alertes, et de se tenir hors du chemin. Ils devraient également recevoir une formation sur les angles morts des véhicules afin de savoir comment les éviter. Leur permettre de s’asseoir dans le siège du conducteur pour qu’ils puissent observer les angles morts eux-mêmes peut être utile. Et, bien sûr, ils devraient porter des vêtements à haute visibilité avec des rubans réflecteurs.

Les entreprises de constructions peuvent réduire les chances qu’un travailleur entre par accident dans l’angle mort d’un opérateur – ce qui est facile à faire lorsque plusieurs véhicules fonctionnent dans l’espace limité d’un site de travail – en mettant en place un système de surveillants. Les surveillants maintiennent habituellement une communication électronique avec les opérateurs en tout temps, et sont formés pour utiliser un ensemble de signaux manuels, qu’ils doivent réviser régulièrement.

Les surveillants eux-mêmes peuvent être victimes d’accidents pendant le recul – ils peuvent être heurtés par un véhicule pendant qu’ils en surveillent un autre. Ils devraient également porter des vêtements à haute visibilité. Ils ne doivent pas avoir de téléphone cellulaire ou tout autre dispositif électronique n’étant pas conçu pour la communication avec un opérateur, ou se voir affectés d’autres tâches qui pourraient les distraire de leur tâche principale.

En plus des systèmes d’avertissement standard, c’est une bonne idée d’installer des miroirs panoramiques et des miroirs à angles morts sur les véhicules ainsi que d’ajouter un système d’avertissement de proximité au sonar ou au radar. Lorsqu’il s’agit de sécurité, une bonne règle générale est qu’on ne peut pas trop en faire.

Ce n’est pas parce que le système fonctionne une journée qu’il fonctionnera la suivante. Les opérateurs devraient vérifier les fonctions de sécurité de leurs véhicules, y compris les alarmes et les miroirs, avant de démarrer le moteur pour la journée, et idéalement avant chaque séance.

Les accidents liés au recul se produisent en un clin d’œil. Ne laissez pas une tragédie se produire en raison d’un incident que les travailleurs n’ont littéralement pas vu venir.

___________________________________

Kim Slowey est une rédactrice active dans l’industrie de la construction depuis 25 ans; elle possède une certification d’entrepreneur général en Floride. Elle a reçu son diplôme en communication de masse/journalisme de la University of South Florida et possède de l’expérience en construction commerciale aussi bien que résidentielle.