Comment éliminer la poussière, les vapeurs et les contaminants d’un chantier

Les travailleurs dans des industries comme la construction, les services publics et l’agriculture utilisent des procédés qui peuvent générer de la poussière, des particules fines, des vapeurs ou des produits chimiques. Par exemple, la poussière inflammable représente un danger d’explosion dans un élévateur à grain; les travailleurs qui remplacent des tuyaux d’eau usée peuvent être exposés à du sulfite d’hydrogène; et le soudage produit nécessairement des vapeurs dangereuses. Le contrôle de la poussière, des produits chimiques, des vapeurs et des particules à tout site de travail pourrait exiger un entretien ménager, une ventilation, des filtres ou des systèmes de collecte de la poussière; parmi les autres systèmes de contrôle, on compte les séparateurs (qui retirent les matériaux qui pourraient enflammer la poussière combustible) et des aspirateurs spécialisés. 

Entretien ménager

Les entreprises pourraient déjà avoir des systèmes de ventilation et de confinement appropriés en place; cependant, le contrôle et le retrait de la poussière, des vapeurs et des autres contaminants commencent par la formation des employés. Un bon entretien ménager en milieu de travail comprend le respect d’un horaire régulier pour l’utilisation des outils afin de garder les environnements de travail propres ainsi que le respect des meilleures pratiques pour le contrôle des contaminants. De plus, le contrôle des dangers comprend la mise en œuvre de pratiques de travail sécuritaire, l’utilisation stricte d’équipement de protection individuelle et la communication claire de l’information comprise dans les fiches signalétiques aux travailleurs.

Ventilation

Les systèmes de ventilation généraux contrôlent l’humidité et la température de l’environnement. Le mouvement d’air peut servir à diluer les émissions accidentelles, ce qui permet de contrôler les contaminants ayant une toxicité plus faible. Cependant, un système de ventilation de site de travail doit pouvoir fonctionner de manière continue afin de protéger contre la combustion de la poussière et la corrosion causée par les gaz. 

Contrairement aux systèmes de ventilation généraux, un système de ventilation d’évacuation locale doit contrer deux dangers des contaminants toxiques. Tout en prévenant la concentration de poussière, de vapeur et de gaz, les systèmes de ventilation d’évacuation locale doivent éviter d’aspirer les matériaux dangereux dans la zone de travail. Empêcher la concentration des matériaux dangereux exige que les systèmes de ventilation d’évacuation locale maintiennent le volume et la vitesse d’air d’évacuation nécessaires pour attirer les contaminants émis à la source et les éloigner des travailleurs. Les filtres et les appareils de purification de l’air préviennent le rejet des contaminants dans l’environnement extérieur et la recirculation des matériaux toxiques dans la zone de travail.

Dépoussiérage

Différents types de capteurs de poussière peuvent traiter de grands volumes d’air tout en retirant les particules fines. Un capteur de poussière offre l’avantage de retirer la poussière qui pourrait s’accumuler à un site de travail. Les capteurs de poussière à filtres fréquemment utilisés collectent la poussière dans le flux d’air entrant dans un filtre de tissu. De grands entonnoirs centraux appelés capteurs de poussière à cyclone se fixent aux conduites de ventilation du lieu de travail et créent la succion nécessaire pour aspirer la poussière dans le cyclone. Tandis que la poussière traverse un entonnoir à cyclone à haute vitesse, les débris sont séparés de l’air propre et récoltés dans un conteneur. Toute la poussière restante est retirée grâce à une unité à média de filtration.

Les dépoussiéreurs par voie humide utilisent un fin brouillard pour éliminer la poussière, récoltant les particules dans un réservoir de clarification. Un autre type de capteur de poussière, appelé dépoussiéreur électrique, utilise des charges électrostatiques afin de retirer la poussière du flux d’air entrant. L’air passe entre des électrodes positives et négatives, s’accumulant sur les électrodes mises à la terre à charge positive; l’air propre traverse alors un autre filtre et entre dans le milieu de travail.